18 février 2018 - 1er dimanche du Carême  

DE LA SERVITUDE À LA LIBÉRATION …

  Et voilà ! Vous allez encore nous proposer quelque chose d’intellectuel, de trop difficile à comprendre ! Je suis au moins certain que vous avez une intelligence, comme moi, et que cette intelligence nous permet de connaître, de mieux connaître les réalités.

  Mais pourquoi donc faudrait-il que cette intelligence soit mobilisée pour un nombre conséquent d’activités et de décisions à prendre, et qu’elle doive être mise en sommeil pour les questions essentielles de notre vie, pour ce qui concerne le mystère de Dieu et la qualité de notre vie présente et éternelle ? C’est vrai, non ? Pourquoi supposons-nous toujours qu’en ces domaines-là, plus ce serait « simple », plus ce serait juste, moins cela demanderait d’effort, plus cela serait véridique ? Nous avons des présupposés étranges parfois !

  Ce titre est le thème de notre carême, ici. Et, notez-bien, cela ne vous a pas échappé, j’aurais pu, j’aurais dû peut-être écrire « De la servitude à la liberté ». Cela aurait bien sonné et résonné à nos esprits, comme un sujet de dissertation. Mais « libération » convient mieux pour indiquer que notre chemin de vie, à travers tous les événements éclairés par la foi, est un chemin de libération. Cette libération de nos cœurs n’est jamais achevée. Et si nous avons perçu notre « servitude » présente, tout ce qui a part à la mort et à l’égoïsme, si nous avons entrevu la liberté que Dieu nous offre, nous savons que c’est en travaillant avec l’Esprit Saint à notre libération des liens de servitude qui entravent notre élan, que nous devenons libres – comme le Seigneur est libre.

   On se méfie des « curés » – ou de l’Église, ce qui est tout un dans la pensée commune – parce qu’on les voit venir ! Eh oui ! Ils vont encore nous empêcher de jouir en paix, ils vont nous faire la morale, ils vont nous parler des idoles modernes – vous savez, ces techniques qui nous fascinent, ces écrans qui nous avalent, ces images qui excitent nos désirs …

Ah ? Voilà qui devrait nous aider à ne pas disserter dans les nuages sur le sexe des anges … Je crois bien que l’égoïsme est simple et ses stratégies subtiles et variées ; mais il pointe au moins sur ceci : ma joie, à moi, la mienne ! Savez-vous, justement, que vous ne pouvez l’atteindre, cette joie, sans quitter ce qui vous retient à vous-même, sans vous ouvrir à plus grand que vous, sans changement de manière de vivre ? Et, tenez-vous bien, cela concerne autant « les curés » que les autres. Bonne nouvelle pour une entrée en carême !

   Père Antoine Louis de Laigue, curé

Homélies du Père Antoine Louis de Laigue :


Deux règles d'or - 11 février 2018 - 6ème dimanche du Temps Ordinaire



L'énigme de la souffrance - 4 février 2018 - 5ème dimanche du Temps Ordinaire



Deux amours qui se fortifient mutuellement - 28 janvier 2018 - 4ème dimanche du Temps Ordinaire



Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives


[Carême 2018] Vivre le carême


Conférences de carême à Notre-Dame de Paris

Unité des chrétiens 24 janvier 2018
Célébration parisienne pour l'unité des chrétiens 2018


Messe d'installation de Mgr Aupetit